Aller au contenu Aller à la recherche
Aller au contenu Aller à la recherche

Aide à la création et au transfert d'une entreprise agricole

Analyse

Au Québec, les femmes représentent 27 % des propriétaires détenant des parts d’une entreprise agricole et 26 % de l’ensemble des ouvriers agricoles. Parmi les agricultrices rencontrées, 55 % sont copropriétaires avec un·e conjoint·e ou avec des membres de leur famille (père, mère, frère, tante); 36 % sont établies en solo et 14 % sont engagées dans un processus de transfert apparenté non encore achevé.

L’expérience de l’ensemble des participantes à cette étude montre que la relève familiale demeure un mode d’accès à la propriété agricole fréquent (50 %). Le transfert apparenté comporte des conditions facilitantes pour accéder aux actifs agricoles comparativement aux établissements hors famille et par démarrage. Bien qu’il semble plus aisé, ce type de transfert n’est cependant pas exempt de défis. Certaines participantes racontent ainsi que le désir des parents de répartir leurs actifs de manière équitable entre leurs enfants a eu pour effet de réduire les chances que la terre revienne à celles et ceux qui reprennent ou qui souhaitent reprendre la ferme familiale.

L’accès aux actifs agricoles paraît encore plus laborieux pour les participantes établies en agriculture de proximité alors même que cette voie représente un chemin prisé par les jeunes pour démarrer une entreprise sur un lopin de terre et éviter des achats coûteux.

Si la relève agricole au Québec bénéficie d’un programme d’appui financier géré par La Financière agricole du Québec, bon nombre des agricultrices rencontrées ont tardé à faire appel à ses services.

Quelques commentaires émis par des participantes obligent également à s’interroger sur la persistance de biais discriminatoires dans les pratiques des organismes subventionnaires et des institutions financières avec lesquels traitent les membres de la relève agricole.

Pour encourager les agricultrices à se lancer en affaires, il paraît nécessaire au CSF de prendre des mesures pour encourager l’accès à la propriété et de promouvoir leur présence dans le milieu agricole.