Aller au contenu Aller à la recherche
Aller au contenu Aller à la recherche

­Marie-Lee

Marie-Lee

Une vie à vivre

Marie-Lee a fermé la porte de sa classe le jeudi 12 mars 2020 comme tous les autres jours avant. Ses 18 élèves se sont peut-être dit « à lundi » en croisant les doigts : on annonçait une grosse bordée le lendemain.

­Marie-Lee

La neige est tombée comme prévu. Une chape aussi. Le gouvernement a annoncé la fermeture sur-le-champ de toutes les écoles.

Depuis qu’elle enseigne, depuis sept ans, Marie-Lee a toujours préféré ces élèves pour qui, généralement, les enseignants ne se bousculent pas. Elle y met tout son cœur. Elle y met aussi tout son temps.

Quand ses élèves ont le goût de se plaindre de la pandémie, elle leur parle du meilleur ami de son père emporté le 29 décembre par la COVID-19. « Ils comprennent que quand on se compare, on se console. Là, c’est vrai, on est chanceux. »

Marie-Lee l’a compris à 20 ans : une tumeur au cerveau lui a fait un croc-en-jambe pendant qu’elle faisait son baccalauréat en enseignement.

Lire le portrait complet de Marie-Lee dans le magazine GF