Aller au contenu Aller à la recherche
Aller au contenu Aller à la recherche

La situation des femmes sur le marché du travail après deux années de pandémie au Québec

Les plus récentes données de l’Enquête sur la population active, rendues disponibles en février 2022 par l’Institut de la statistique du Québec, permettent de faire le point sur l’évolution de la situation des femmes sur le marché du travail. Les principales tendances qui s’en dégagent en matière d’activité, d’emploi et de chômage, en 2020 et 2021, sont rapportées dans ce qui suit.

Publié le 21 février 2022

Dans l’ensemble, la situation des femmes sur le marché du travail en 2021 demeure moins avantageuse qu’en 2019, alors que celle des hommes est égale, voire supérieure.

Activité

De 2019 à 2020, le nombre de femmes actives sur le marché du travail a chuté de 27 000, une baisse nettement plus marquée que chez les hommes (-17 000) (figure 1). La reprise économique en 2021 a été plus profitable aux hommes qu’aux femmes : le nombre d’hommes actifs sur le marché du travail s’est accru de 34 000 entre 2020 et 2021, alors que la hausse se chiffre à 15 000 chez les femmes au cours de la même période. La situation est telle que le nombre d’hommes actifs sur le marché du travail en 2021 (2 410 000) est supérieur à ce qu’il était en 2019 (2 392 000), alors que le nombre de femmes actives en 2021 (2 138 000) demeure en dessous du niveau observé en 2019 (2 150 000).

Des tendances semblables sont constatées pour ce qui est du taux d’activité. La diminution du taux d’activité entre 2019 et 2020 était un peu plus importante chez les femmes que chez les hommes et sa légère augmentation en 2021 est plus marquée chez ces derniers (figure 2). Somme toute, l’écart entre le taux d’activité des femmes et celui des hommes est plus élevé en 2021 (8,0 points) qu’en 2019 (7,5 points).

Figure 1

Nombre de personnes actives sur le marché du travail, Québec, de 2010 à 2021 (en K)

­

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2021, adapté par l’ISQ, compilation du CSF.

Figure 2

Taux d’activité des femmes et des hommes, Québec, de 2010 à 2021 (en %)

­

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2021, adapté par l’ISQ, compilation du CSF.

Emplois

Alors que le nombre d’hommes occupant un emploi est quasiment le même en 2019 (2 255 000) et en 2021 (2 254 000), le nombre de femmes en emploi a chuté sur la période, passant environ de 2 053 000 en 2019 à 2 015 000 en 2021 (figure 3). L’écart entre le nombre de femmes et d’hommes en emploi est plus grand pendant la pandémie (2020 et 2021) qu’en 2018 et 2019.

Entre 2019 et 2020, la diminution du taux d’emploi est plus marquée chez les femmes que chez les hommes, alors que son augmentation entre 2020 et 2021 est plus importante chez ces derniers (figure 4). L’écart entre le taux d’emploi des femmes et celui des hommes est supérieur en 2021 qu’avant la pandémie (7,1 points en 2021 comparativement à 6,3 en 2019).

Figure 3

Nombre de personnes en emploi, Québec, de 2010 à 2021 (en K)

­

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2021, adapté par l’ISQ, compilation du CSF.

Figure 4

Taux d’emploi des femmes et des hommes, Québec, de 2010 à 2021 (en %)

­

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2021, adapté par l’ISQ, compilation du CSF.

Pour ce qui est du nombre de personnes occupant un emploi à temps plein, après une baisse entre 2019 et 2020, il atteint en 2021 un sommet inégalé, et ce, tant chez les femmes que chez les hommes (figure 5). L’écart entre les sexes à cette enseigne tend à la baisse en 2020 et en 2021 comparativement aux années qui précèdent la pandémie.

Le nombre de personnes occupant un emploi à temps partiel a, quant à lui, chuté entre 2019 et 2020, tout particulièrement chez les femmes (figure 6). La remontée observable en 2021 est plus marquée chez les hommes que chez les femmes, de sorte que l’écart entre le nombre de femmes et d’hommes qui occupent un emploi à temps partiel s’amenuise.

Figure 5

Nombre de personnes en emploi à temps plein, Québec, de 2010 à 2021 (en K)

­

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2021, adapté par l’ISQ, compilation du CSF.

Figure 6

Nombre de personnes en emploi à temps partiel, Québec, de 2010 à 2021 (en K)
­

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2021, adapté par l’ISQ, compilation du CSF.

Chômage

Le nombre de personnes au chômage a nettement augmenté entre 2019 et 2020, et ce, de façon un peu plus marquée chez les femmes que chez les hommes (figure 7). En 2021, le nombre de personnes en situation de chômage a connu une baisse semblable chez les femmes et chez les hommes.

L’augmentation du taux de chômage entre 2019 et 2020 a été plus importante chez les femmes, alors que sa diminution en 2021 est légèrement plus marquée chez celles-ci que chez les hommes (figure 8). L’écart entre le taux de chômage des femmes et celui des hommes demeure mince depuis le début de la pandémie : 0,5 point en 2020 comparativement à 0,8 en 2021.

Figure 7

Nombre de personnes au chômage, Québec, de 2010 à 2021 (en K)

­

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2021, adapté par l’ISQ, compilation du CSF.

Figure 8

Taux de chômage, Québec, de 2010 à 2021 (en %)

­

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2021, adapté par l’ISQ, compilation du CSF.

Remarque méthodologique

Les données présentées concernent la population québécoise de 15 ans et plus.

Ce contenu a été préparé par Mélanie Julien du Conseil du statut de la femme.