Aller au contenu Aller à la recherche
Aller au contenu Aller à la recherche

Infections et mortalité : les femmes toujours davantage frappées

Depuis le début de la deuxième vague de la pandémie, en septembre 2020, le Québec enregistre un nombre de nouveaux cas dépassant le sommet de la première vague du printemps. En revanche, bien qu’il soit en hausse, le nombre de décès se situe à des niveaux bien inférieurs à ceux observés au printemps. Tant sur le plan des cas confirmés que sur celui des décès, les femmes présentent encore des taux plus élevés que les hommes.

Publié le 21 Janvier 2021

Plus de femmes atteintes par la COVID-19

Figure 1

Répartition des cas confirmés de COVID-19

selon le sexe, Québec, 10 janvier 2021

­

Source : INSPQ, données au 10 janvier 2021

Tout au long de la crise actuelle, les femmes sont surreprésentées dans les cas confirmés de COVID-19 au Québec, avec des taux qui oscillent entre 54 % et 60 % des cas (figure 1). Pourtant, un sondage réalisé par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) révèle que les femmes sont plus enclines que les hommes à adhérer aux trois mesures sanitaires recommandées (lavage des mains, distanciation physique en société et évitement des rassemblements) et à les suivre en tout temps.

Lors de la première vague, les personnes aînées étaient les plus touchées par la contamination : dans la semaine du 12 avril 2020, au sommet de la vague, 58 % des personnes infectées avaient 50 ans et plus. En revanche, la seconde vague frappe davantage les plus jeunes : 62 % des personnes contaminées en janvier ont moins de 50 ans. Les groupes les plus affectés sont les 20-39 ans et les 40-59 ans (figure 2). Dans ces deux groupes combinés, les femmes (71 960) sont plus nombreuses que les hommes (61 029).

Figure 2

Nombre cumulatif de cas confirmés de COVID-19 selon le groupe d’âge et le sexe, Québec, 10 janvier 2021

­

Source : INSPQ, données au 10 janvier 2021.

Plus de femmes exposées au virus

Figure 3

Répartition des éclosions selon le milieu,

Québec, 10 janvier 2021

­

* Moyenne de 28 jours précédant le 10 janvier 2021.

** Excluant les milieux de soins aigus et d’hébergement de longue durée, de garde et scolaires.

Source : Québec.ca, données au 10 janvier 2021.

Le fait que les femmes soient majoritaires dans les professions et secteurs d’activité les plus exposés à la COVID-19, comme la santé, l’enseignement et les garderies, contribue à leur surreprésentation parmi les cas d’infection.

En date du 10 janvier, 1 991 éclosions actives ont été rapportées au Québec principalement dans les milieux de travail, de vie et de soins ainsi que les milieux scolaires (figure 3). Les milieux de travail les plus touchés (en dehors des secteurs des soins, scolaires et de garde) sont les commerces de détail et l’industrie manufacturière (qui comptent respectivement 53 % et 28 % de femmes). Des 699 nouveaux cas en milieu de travail recensés par l’INSPQ dans la semaine du 13 au 19 décembre 2020, respectivement 151 et 187 étaient survenus dans ces deux secteurs.

Selon une enquête de l’INSPQ (2020) , le quart des 54 054 cas confirmés au Québec le 14 juin 2020 concernait des personnes qui travaillent dans le domaine de la santé. L’enquête révèle que ce personnel était environ 10 fois plus à risque d’être infecté que le reste de la population. De plus, les femmes représentaient 79 % des cas d’infection parmi le personnel de la santé.

L’âge, facteur de vulnérabilité des femmes

Figure 4

Répartition des décès liés à la COVID-19

selon le sexe, Québec, 10 janvier 2021

­

Source : INSPQ, données au 10 janvier 2021.

Au Québec, le 10 janvier, le nombre cumulatif de décès liés à la COVID-19 se chiffrait à 8 737 personnes, dont 4 657 femmes (53 %) et 4 080 hommes (47 %) (figure 4).

En proportion, cependant, les femmes décèdent moins souvent du virus que les hommes : 79 femmes décédées pour 100 000 contre 103 hommes pour 100 000. Ce constat s’explique par l’espérance de vie plus longue chez les femmes (85 ans contre 81 chez les hommes), et par le fait qu’elles comptent pour 70 % des 90 ans et plus, de loin le groupe le plus frappé par la COVID-19. De fait, la grande majorité, soit 92 % des personnes décédées par la COVID-19, avait plus de 70 ans (figure 5). Par ailleurs, 6 815 décès (79 %) sont survenus dans un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) ou en résidence privée pour personnes aînées.

Figure 5

Nombre cumulatif de décès liés à la COVID-19 selon le groupe d’âge et le sexe, Québec, 10 janvier 2021

­

Source : INSPQ, données au 10 janvier 2021.

Ce contenu a été préparé par Marie-Hélène Provençal du Conseil du statut de la femme.

Pour en savoir plus