Aller au contenu Aller à la recherche
Aller au contenu Aller à la recherche

Les femmes plus touchées par la solitude et l’inquiétude

Les récents résultats de l’Enquête québécoise sur la santé de la population, menée par l’Institut de la statistique du Québec, mettent en lumière certaines répercussions de la pandémie sur la vie des femmes, notamment la satisfaction à l’égard de leur vie sociale et l’inquiétude pour leurs proches.

Publié le 5 novembre 2021

Fait

saillant

Fait saillant

Depuis le début de la pandémie, les femmes sont plus susceptibles d’éprouver un sentiment de solitude. Elles sont proportionnellement plus nombreuses que les hommes à estimer que leur satisfaction à l’égard de leur vie sociale a diminué et à s’inquiéter pour la santé des autres ou pour leur propre santé.

Diminution de la satisfaction à l’égard de leur vie sociale et inquiétudes ressenties depuis le début de la pandémie

Différents aspects ont été mesurés pour comprendre les effets de la pandémie sur les femmes et les hommes. Ainsi, 80 % des femmes ont déclaré avoir une vie sociale moins satisfaisante, comparativement à 73 % des hommes. De plus, 66 % des femmes ont éprouvé de l’inquiétude pour leur propre santé, contre 58 % des hommes. Enfin, 61 % des femmes ont éprouvé de l’inquiétude pour la santé de proches qui ne sont pas à risque, contre 54 % des hommes.

Source : Institut de la statistique du Québec (ISQ), Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP), 2020-2021.

Ce contenu a été préparé par Marie-Hélène Provençal du Conseil du statut de la femme.