Aller au contenu Aller à la recherche
Aller au contenu Aller à la recherche

Reprise de l’emploi chez les femmes :
une trêve entre deux vagues?

Les résultats présentés dans ce qui suit rendent compte de la situation de l’emploi pendant la semaine du 13 au 19 septembre, soit avant la mise en place de mesures additionnelles pour freiner la contagion dans les régions passées au palier d’alerte maximale (zones rouges).

L’Enquête sur la population active de septembre 2020 révèle que l’augmentation de l’emploi au Québec, l’une des plus marquées du Canada, touche autant les femmes que les hommes. Alors qu’une deuxième vague de contagion s’amorce, assiste-t-on à un répit entre deux périodes de ralentissement économique?

Publié le 29 octobre 2020

Forte croissance de l’emploi chez les femmes de 25 à 54 ans

En septembre, l’emploi a connu au Canada une hausse qui le rapproche du niveau enregistré en février, avant la pandémie. Chez les femmes de 25 à 54 ans, l’emploi se situe à 2,1 % du niveau où il était en février, ce qui en fait le groupe le plus près des niveaux prépandémie

Le taux d’activité progresse plus lentement chez les femmes de 55 ans et plus

Chez les 55 ans et plus, la reprise a été plus rapide pour les hommes que pour les femmes. Le taux d’activité des hommes de ce groupe d’âge (43,5 %) a presque atteint en septembre 2020 son niveau de septembre 2019, tandis que chez les femmes, à 31,1 %, il demeure inférieur à ce qu’il était un an plus tôt (1,7 point de moins).

Une reprise possiblement plus difficile pour les mères que pour les pères

Les résultats de septembre montrent que l’emploi des mères et des pères est comparable à ce qu’il était en février. Toutefois, les mères canadiennes ont déclaré plus d’absences qu’avant la COVID-19. De plus, chez les parents qui occupaient un emploi au cours de la semaine de référence, plus de mères (33,3 %) que de pères (26,8 %) avaient travaillé la plupart du temps de leur domicile.

Au Québec, le taux de chômage recule plus vite chez les femmes

Au Québec, l’augmentation de l’emploi observable en septembre est principalement attribuable aux hausses enregistrées dans les services d’enseignement et dans ceux d’hébergement et de restauration, des secteurs où la part des femmes est considérable. Le taux de chômage a diminué davantage chez les femmes que chez les hommes (respectivement de 1,5 point et 0,2 point), de sorte qu’il est désormais au même niveau pour les deux groupes (6,5 %).

Quant au niveau d’emploi des femmes, il se situe à 96,4 % de celui observé en février, alors qu’il atteint 99,5 % chez les hommes. Contrairement aux femmes, ces derniers ont donc récupéré en septembre la quasi-totalité des emplois qu’ils avaient perdus depuis février.

Lire aussi : Impacts économiques de la pandémie sur les femmes

Ce contenu a été préparé par Marie-Hélène Provençal du Conseil du statut de la femme.